plasticien

N'avez vous jamais obsrevé de la mousse sur un vieux mur de pierres? Le temps fait alliance à la nature pour sculpter des formes sous nos yeux. C’est cette alliance du temps et de la matière qui constitue l’essentiel de ma démarche.

Des matières souvent usées, de vieux objets usinés faits de bois et de métal constituent le cœur de chaque illustration.

Parfois, une vis brille plus que les autres, elle est là par nécessité.

Le reste y est par hasard et par évidence.

Je travaille dans un désordre d’objets ; Ils sont là comme autant de mots que le hasard de ma promenade visuelle va trouver évidents.

Le temps, parfois long, passé sur l’étude d’un plan technique, s’efface devant la force d’un objet, d’une structure, d’une forme. La matière est toujours plus forte que le plan ; l’accident visuel plus fort que le projet initial.

C’est une démarche très théâtrale : laisser s’exprimer l’évidence.

J’ai voulu dans ces réalisations, en dehors de l’idée d’illustration liée à la fable, poser la marque du temps. Comme pour montrer que tel ou tel objet n’aurait pas pu exister sous cette forme si une trentaine d’années n’était passée sur un écrou ou une vis rouillée. Certaines planches de chêne proviennent d’un plancher remontant à plusieurs centaines d’années.

Les matériaux utilisés expiraient lentement sous la poussière dans de vieilles granges après que des mains d’anciens les aient récoltés, stockés, gardés.

Rendre utile le geste de celui qui a jadis ramassé le clou, la vis, le morceau de bois, est aussi un de mes propos. Je n’aime ni les mots perdus ni les gestes oubliés.

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player